Vendredi 19 décembre 2014

ACA 0 – 2 Dijon FCO

Dijon1

L’AC Arles-Avignon s’est incliné 2 buts à face au Dijon FC pour le compte de la 16ème journée de Ligue 2.

AC Arles-Avignon : Delac – Quintin – N’Diaye – Givet – Chimbonda – Bonne – Savanier – Rodriguez – Psaume – Van Kessel – Niang

Dijon FCO : Reynet – Remy – Cissé – Tavares – Marie – Bamba – Souprayen – Amalfitano – Rivière – Varrault – Philippoteaux

Le coup d’envoi est donné par les Acéistes qui jouent contre le vent. Durant les premières minutes, les Provençaux prennent la possession du ballon. 4ème minute, Van Kessel déborde côté gauche, il essaye alors de centrer pour Niang dans la surface, Bamba reprend le ballon et le remet à son gardien. 5ème, vilain tacle de Cisse sur Rodriguez. Ce dernier reste longtemps au sol, avant de finalement se relever. 8ème, main d’un défenseur à l’entrée de la surface dijonnaise. Premier coup-franc dangereux pour l’ACA. Savanier du droit le tire, mais ne trouve aucun de ses coéquipiers. 12ème, Philippoteaux à la limite du hors-jeu pénètre dans la surface, il se présente seul face à Delac, le portier Acéiste repousse le ballon du pied. 14ème, Savanier récupère le ballon à 20 mètres du but, il centre en profondeur, Van Kessel et Rodriguez sont trop courts pour pousser le ballon au fond du filet de Reynet. Tavares, de par sa taille, alerte la défense Acéiste à plusieurs reprises (17’, 20’), mais Givet, pour son retour dans l’équipe, dirige la défense d’une main de fer. 23ème, longue transversale de Bonne sur Van Kessel. Le Hollandais déborde sur son côté, trouve la tête de Niang dans la surface mais elle n’est pas cadrée. 30ème minute, Rivière côté Dijon sort, il est remplacé par Babit. 31ème, corner pour l’ACA suite à un beau geste de Chimbonda. Psaume se charge de le tirer, mais il ne trouve personne. Sur le contre éclair, Philippoteaux oublié par N’Diaye trouve parfaitement Tavares, qui n’a plus qu’à pousser le ballon au fond des filets. 37ème, Van Kessel dos au but de Reynet n’arrive pas à se tourner, l’occasion était pourtant belle d’égaliser. 40ème, quel manque de réalisme ! Suite à l’ouverture du score Bourguignonne, l’ACA bénéficie d’un temps fort, mais aucun joueur n’arrive à faire la différence. 41ème, Givet qui était monté pour l’occasion manque d’égaliser de la tête, mais Reynet sur la trajectoire du ballon le capte. 45ème, amorti de la poitrine de Niang, qui se retourne mais manque le cadre. Au coup de sifflet final, les Acéistes peuvent s’en vouloir, cette équipe est largement prenable.

Dijonn

Au retour des vestiaires, aucun changement n’est opéré.  47ème, grosse occasion Dijonnaise, le second but est évité par miracle. 48ème, Psaume dépose le ballon sur le pied de Van Kessel, qui rate son contrôle. L’ACA a beaucoup plus de mal dans l’entame de cette période, Dijon attaque pied au plancher. 53ème, Ouaamar remplace Psaume. 64ème, Tavares seul au monde se présente seul face à Delac, le portier Acéiste en dehors de sa surface repousse le ballon de la tête. 67ème, Niang est remplacé par Ngakoutou. C’est beaucoup plus difficile pour l’ACA de sortir la tête de l’eau, Dijon fait bloc derrière. 74ème, Bonne est remplacé par Blanc. 75ème, Quintin trouve la tête de Van Kessel, qui reprend mal le ballon de la tête. Amorphes en seconde mi-temps, les Acéistes  s’enfoncent un peu plus. 80ème, Tavares, qui à la limite du hors-jeu, efface le défense Provençale, et fait le break. Les Dijonnais, en seconde période, s’assurent tranquillement les 3 points, synonyme de première place au classement.

Englués à la 20ème place, les Acéistes n’ont plus vraiment le choix, il faut gagner. Le match en Coupe de France Samedi prochain face à Lyon-Duchère pourrait permettre de stopper l’hémorragie, avant un déplacement compliqué à Créteil, et deux matches à domicile pour finir l’année : Le Mercredi 17 face à l’EA Guingamp en Coupe de la Ligue, et le Samedi 21 face à l’ESTAC Troyes. Allez l’ACA !

Dijon

Olivier Dall’Oglio.

Au vu de la première mi-temps, on a le bonheur d’ouvrir le score, on a eu quelques sueurs froides, avec des ballons qui peuvent finir au fond des filets. On a le mérite de mettre nos occasions au fond. On met deux jolis buts, c’est ce qui fait la différence ce soir. On a eu une bonne gestion des ballons aériens, on a globalement bien maitrisé, le terrain était très lourd, très difficile. Il y a une grosse solidarité dans l’équipe, on avait besoin de reprendre des points à l’extérieur. C’est une victoire importante pour la suite de la saison.

Stéphane Crucet.

Bis repetita. On prend encore des contres de 80 mètres, on ne marque pas. En face c’était une grosse équipe, mais toutes les défaites sont évitables. Il faut se procurer des occasions plus franches, on a eu un quart d’heure de folie, puis on se fait surprendre sur contre. On a des questions à se poser aussi. Je ne remets pas en cause l’état d’esprit de mes joueurs, on ne peut pas. Je pensais que ça allait mieux ce soir, mais c’est le résultat qui prime. On avance pas, il faut s’accrocher, chaque semaine c’est comme ça. On ne peut pas lâcher, c’est interdit de lâcher. Il faut trouver les solutions, gagner, gagner … Il n’y a que ça qui le fera. Le groupe est atteint depuis un moment, on cherche tous des solutions, joueurs comme staff